Opportunités en Inde : Systèmes de stockage d’énergie par batterie

(Parveen Arora & Shloka Vaidialingam)

Les systèmes de stockage d’énergie par batterie font l’objet de discussions depuis longtemps, mais en raison du nouveau défi que représente l’intégration de grandes quantités aléatoires d’énergie renouvelable dans le réseau électrique, de nombreuses organisations ont récemment manifesté un vif intérêt pour faire partie de ce secteur en rapide développement. 

Il ne fait aucun doute que le stockage de l’énergie peut jouer un rôle important dans l’intégration au réseau de sources d’énergie variables, l’amélioration de la qualité de l’électricité, la réduction de la demande de pointe, le renforcement de la capacité des réseaux de distribution/transport, la réduction des « deviation penalties » et la réduction au minimum de la consommation de diesel provenant des applications d’alimentation de secours. 

L’énergie éolienne et l’énergie solaire sont par nature irrégulières, car la production dépend de facteurs externes comme le vent et le soleil. Ce caractère irrégulier des énergies renouvelables peut entraîner un déséquilibre du réseau, dont la fréquence doit être maintenue entre 49,95 Hz et 50,05 Hz. Pour remédier à cette variabilité de la production intermittente, il a été jugé nécessaire de disposer de systèmes de stockage de l’électricité et le stockage par batterie est un élément essentiel de l’ensemble des systèmes de stockage de l’énergie, ainsi qu’un moyen fiable et rentable d’équilibrer le réseau. 

Dans un rapport publié en janvier 2020 intitulé “Optimal Generation Capacity Mix for 2029-30″, lAutorité centrale de l’électricité a envisagé de remplacer la production thermique par la production d’énergie renouvelable, complétée par des technologies de stockage de l’énergie. Il s’agit d’une déclaration politique essentielle qui influencera le cours de la méthodologie indienne de planification énergétique, mettant l’accent sur l’intégration des systèmes de stockage de l’énergie avec les capacités existantes et à venir en matière d’énergies renouvelables afin d’optimiser la production et le transport d’électricité. 

Précédemment, en janvier 2017, la Commission centrale indienne de régulation de l’électricité (“CERC“) a publié un document de travail sur l’introduction de systèmes de stockage de l’électricité en Inde. Le CERC a reconnu que la part croissante des énergies renouvelables dans le réseau a eu une incidence sur l’approche traditionnelle consistant à équilibrer la gestion des pics et des creux et la capacité de production. La solution à ce défi, selon le CERC, était les systèmes de stockage de l’énergie, qui pouvaient améliorer les capacités d’exploitation du réseau, réduire les coûts et assurer une fiabilité élevée. 

D’une manière générale, un système de stockage des batteries à l’échelle du réseau peut être mis en place, ainsi que des générateurs d’énergie thermique/renouvelable, pour : 

  • Le stockage de l’énergie excédentaire (pendant les périodes de creux/faible demande) et approvisionnement en énergie stockée (pendant les périodes de pics de la demande); 
  • Compléter la production thermique pour satisfaire aux exigences réglementaires en matière de montée et de descente ; 
  • Les services auxiliaires sont fournis au service public selon les exigences du réseau ; et 
  • Minimiser les échanges non programmés et optimiser les rendements des échanges non programmés.

Récemment, le ministère indien de l’énergie a (en mars 2022) publié des directives pour l’acquisition et l’utilisation de systèmes de stockage d’énergie par batterie dans le cadre des actifs de production, de transport et de distribution, ainsi que des services auxiliaires (“Directives du MoP“)

Dans la présente mise à jour, nous résumons certains des principaux développements et des opportunités disponibles en Inde en ce qui concerne les systèmes de stockage d’énergie par batterie et leurs progrès. 

Offres pour la mise en place de systèmes de stockage d’énergie par batterie émises par le gouvernement indien : 

Auparavant, en août 2021 et septembre 2021, le gouvernement indien avait annoncé son intention de mettre en place des systèmes de stockage d’énergie par batterie à l’échelle du réseau d’environ 13 GWh et 14 GWh, respectivement dans les zones reculées du Ladakh et de Kutch. L’électricité produite et stockée dans ces systèmes de batteries sera ensuite acheminée vers le reste du pays par des lignes de transport en fonction des besoins. Comme annoncé en octobre 2021, l’Inde a également l’intention de lancer un appel d’offres pour des systèmes de stockage d’énergie par batterie à l’échelle du réseau de 4000 MWh dans divers centres régionaux de répartition des charges (par l’intermédiaire de la Solar Energy Corporation of India). 

Bien que les appels d’offres pour ces grands projets soient toujours en attente, il est utile de mettre en évidence les dispositions matérielles d’un autre appel d’offres pour un système de stockage d’énergie par batterie à l’échelle du réseau pour une puissance de 1000 MW, lancé en juin 2021 par la National Thermal Power Corporation (“NTPC“), qui est la plus grande compagnie d’électricité de l’Inde, en vue de mettre en place de tels systèmes dans ses différentes centrales électriques de NTPC, à titre d’orientation pour les appels d’offres futurs. L’appel d’offres lancé par NTPC était un appel d’offres “international”, c’est-à-dire ouvert à toute société indienne ou internationale, à leur consortium, filiales ou à leurs représentants. 

Dans le cadre de cet appel d’offres mondial, la NTPC a lancé un appel d’offres pour la mise en place de systèmes de stockage d’énergie par batterie à l’échelle du réseau sur un ou plusieurs sites de la centrale de la NTPC, pour les projets identifiés de la NTPC en matière d’énergie thermique et renouvelable (13 projets solaires et 1 projet éolien). L’appel d’offres a été clôturé en août 2021. Les principaux points à retenir de cet appel d’offres NTPC sont résumés ci-dessous

  • L’un des modèles commerciaux les plus prometteurs d’un système de stockage d’énergie par batterie est son intégration avec les grandes centrales existantes. 
  • Les principaux critères d’éligibilité étaient les suivants : (i) si le soumissionnaire était un fabricant de systèmes de stockage de batteries, il devait fabriquer et fournir des batteries pour des systèmes de stockage interactif d’énergie par batteries sur le réseau d’une capacité installée cumulée de 5 MW/5 MWh ou plus ; ou ii) si le soumissionnaire était un intégrateur (contribuant à la mise en oeuvre des services de batteries pour le réseau), il devrait disposer d’ouvrages intégrés de systèmes de stockage interactif d’énergie par batteries au réseau d’une capacité installée cumulée de 5 MW/5 MWh. 
  • Tous les soumissionnaires devaient fournir une “solution complète”, c’est-à-dire l’ensemble de l’installation de stockage d’énergie par batterie. 
  • Dans le cadre de la demande, les soumissionnaires devaient également fournir des informations concernant l’expérience passée et les détails de celle-ci, l’analyse et l’évaluation du mode de fonctionnement, la technologie proposée, les terrains nécessaires pour l’installation proposée, les dispositifs de sécurité, les investissements, etc. 

Il est très probable que les futurs appels d’offres internationaux lancés par le gouvernement indien pour des systèmes de stockage de l’énergie des grandes batteries (y compris ceux prévus pour le Ladakh et le Kutch) aient des exigences similaires à celles de l’appel d’offres NTPC décrit ci-dessus. 

Incitations liées à la production pour l’industrie à l’intention des investisseurs nationaux et étrangers : 

La première mesure prise par le gouvernement indien à cet égard a été le lancement, en 2020, d’un programme national sur les Advance Chemistry Cells (“NPACC“), mis en place dans le but de promouvoir la croissance économique et la fabrication locale dans le secteur du stockage des batteries. Dans le cadre du NPACC, le ministère de l’industrie lourde et des entreprises publiques a notifié le 9 juin 2021 un régime d’incitations liées à la production (“ACC PLI“), destiné aux investisseurs nationaux et étrangers qui cherchent à intégrer des installations de production de l’ACC à grande échelle en Inde. Le régime de l’ACC PLI prévoit un paiement incitatif total de 18 100 crore sur une période de 5 ans. Le régime vise à mettre en place des technologies de stockage avancées capables de stocker l’énergie électrique, sous forme d’énergie électrochimique ou chimique, et de la convertir à nouveau en énergie électrique, en fonction des besoins. À l’heure actuelle, près de 100 % de la demande de stockage des batteries ACC est satisfaite par des importations. Les principales caractéristiques du régime ACC PLI sont les suivantes : 

  • Mise en place d’une capacité de production cumulée de 50 GWh pour les ACC et d’une capacité supplémentaire de 5 GWh pour les technologies de niche pour les ACC (capacité minimale de 500 MWh). 
  • Pour pouvoir bénéficier du régime, les soumissionnaires doivent se voir attribuer une capacité pour mettre en place des ACC et s’engager à mettre en place un minimum de 5 GWh d’installations de fabrication. 
  • Le processus de fabrication doit être en Inde. 
  • Subvention à calculer selon la formule = Montant de subvention applicable par KWh x pourcentage de la valeur ajoutée réalisée au cours de la période x vente effective de cellules ACC (en KWh) 
  • La subvention réelle est plafonnée à 20 % du prix de vente de l’ACC. La subvention annuelle totale est plafonnée à 20 GWh par allocation. La subvention PLI s’ajoute aux incitations prévues par la politique FAME-II et le régime PLI pour les composants automobiles pour lesquels l’ACC peut être utilisé comme élément du produit final. 
  • L’installation de production de l’ACC doit être mise en service dans un délai de deux ans d’ici juin 2023 et la subvention sera versée sur une période de cinq ans, jusqu’en juin 2026. 
  • Le bénéficiaire doit atteindre une valeur ajoutée nationale d’au moins 25 % et faire l’objet d’un investissement obligatoire (225 crore INR par GWh) dans un délai de 2 ans et porter cette valeur à 60 % dans un délai de 5 ans. 
  • Les États veilleront à ce que les investisseurs potentiels bénéficient d’autorisations à guichet unique, de terrains libres de charges, d’infrastructures de réseau et de tarifs préférentiels. 

À l’heure actuelle, conformément à l’avis public du ministère des industries lourdes daté du 15 janvier 2022, un total de 10 entreprises ont soumis leurs offres dans le cadre du régime ACC PLI en Inde jusqu’au 14 janvier 2022, et les offres techniques ont progressivement été ouvertes le 15 janvier 2022. 

Dispense de « transmission charges » pour les systèmes de stockage d’énergie par batterie : 

Le ministère indien de l’énergie, par ses directives (mentionnées ci-dessus), a maintenu la dérogation précédemment introduite par la notification vide du 21 juin 2021, permettant ainsi la dérogation aux « transmission charges » inter-États pour les systèmes de stockage d’énergie par batterie mis en service jusqu’au 30 juin 2025, à condition que 70 % des besoins annuels en électricité pour la charge du système de stockage d’énergie par batterie soient satisfaits par l’utilisation d’électricité provenant de centrales solaires et/ou éoliennes. En outre, une fois applicables, ces redevances seront perçues progressivement, c’est-à-dire 25 % pour les 5 premières années d’exploitation, puis augmentées tous les 3 ans pour atteindre 100 % d’ici la 12e année d’exploitation.

Directives du Ministère des énergies (MoP):

Les directives du MoP sont principalement publiées dans le but de faciliter l’acquisition de systèmes de stockage de batteries destinés à être utilisés en combinaison avec des énergies renouvelables ou en tant qu’actifs autonomes. Les principaux objectifs sont résumés ci-après :

  • Facilitation de la passation de marchés pour les systèmes de stockage d’énergie par batterie, dans le cadre de projets relatifs aux énergies renouvelables, afin de résoudre les problèmes d’approvisionnement en électricité, de variabilité de production d’énergie, etc., en fournissant des services auxiliaires, un soutien au réseau et une flexibilité pour le réseau.
  • Encouragement de la concurrence et renforcement du financement des projets énergétiques, grâce à la mise en place de processus uniformes et d’un cadre de partage des risques entre les différentes parties prenantes impliquées dans l’acquisition de capacités de stockage d’énergie. 
  • Facilitation de la procédure d’acquisition d’un système de stockage d’énergie par batterie pour une utilisation plus complète des réseaux de distribution et de transport.
  • Transparence et équité dans la procédure de passation de marchés pour les marchés intermédiaires en tant qu’agrégateur, organisme d’exécution pour la vente/l’achat d’électricité entre États/à l’intérieur d’un État, concessionnaire, etc.
  • Régularisation des directives pour les appels d’offres concernant les systèmes de stockage d’énergie

Les dernières avancées: 

Le 6 octobre 2021, le ministère de l’énergie a annoncé son intention de publier une politique globale sur le stockage de l’énergie en se concentrant sur les aspects réglementaires, financiers, fiscaux, de gestion de la demande et technologiques, avec une invitation aux propositions/suggestions jusqu’au 31 octobre 2021. Par la suite, le 10 mars 2022, le ministère de l’énergie a publié les directives du MoP pour la réglementation du marché des systèmes de stockage de l’énergie. 

Dans le même ordre d’idées, la Solar Energy Corporation of India a publié en septembre 2021 un projet de directives concernant la mise en place de systèmes autonomes de stockage d’énergie par batterie de 1000 MWh, et les termes finaux de la proposition préparés conformément aux récentes directives du MoP ont été publiés par la Solar Energy Corporation of India le 13 avril 2022. En outre, les appels d’offres pour les systèmes de stockage d’énergie par batterie à l’échelle du réseau de 13 GWh Ladakh et de 14 GWh Kutch seront également publiés sous peu, et seront probablement ouverts aux investisseurs “internationaux”.

Leave a Reply

Your email address will not be published.